Pourquoi personne ne m’a appris comment ça marchait les émotions? 

J’ai passé ma jeunesse à bouder, à faire la tête parce que c’était le seul moyen d’indiquer aux autres que je n’allais pas bien mais aussi de protéger les autres parce que si j’avais dû m’exprimer dans ces moments-là, je l’aurais fait en déversant en colère, en râlant, en inondant les autres de mes émotions, mes sentiments d’injustice…

J’ai grandi en pensant qu’en devenant adulte, j’allais arrêter de pleurer dès que j’étais contrariée… 
Ben oui pour moi les adultes ça ne pleurait pas. À part aux enterrements et encore… 
Mais force a été de constater qu’à 35 ans, j’étais bien adulte mais pas débarrassée de mes larmes. Remarquez, je pensais qu’une fois adulte, il fallait boire du café et de l’alcool. 
J’ai bien essayé le café (pas l’alcool, personne n’a réussi à me convertir lol) mais jy ‘ai renoncé. 
Ce n’est pas obligatoire. 

Et puis un jour, le choc, je découvre un livre “Cessez d’être gentil, soyez vrai !”

Comment ça on doit cesser d’être gentil… 
Je ne comprends pas…
Mais je finis par apprendre que l’on porte des masques en société.
Et effectivement c’est ce que j’ai souvent fait : pour ne pas faire de vague, pour être aimée, pour rester discrète
J’ai supporté pas mal de situations plus ou moins inconsciemment, juste pour ne pas déranger.

Me voilà en 2014/2015 à découvrir un nouveau monde : celui des émotions.
Je découvre également les jeux psychologiques et relationnels, les accords toltèque, le triangle de Karpman…
Bref tout un monde de développement personnel.
J’en arrive à me former à la CNV que je mets rapidement en pratique dans ma vie personnelle.
Mes relations en sont changé.

A force d’apprendre à écouter mes ressentis et à ne plus sacrifier mon bien-être au profit de celui des autres, je vogue vers plus d’authenticité. 

J’apprends de plus en plus à me connaître…